Résidences Danse

Danse

Jeanne Alechinsky
Jeanne Alechinsky

Jeanne Alechinsky intègre le conservatoire d'art dramatique Erik Satie où elle suit les cours de Daniel Berlioux en tant que comédienne et metteure en scène, et participe à l'atelier chorégraphique de Nadia Vadori-Gauthier. En plus de sa formation somatique issue des recherches en Body-Mind Centering® (diplôme en cours), yoga et Mouvement Authentique, elle reçoit l'enseignement de Benoît Lachambre, Julianna Neves et Lisi Estaras aux Ballets C de la B, et de Maya Caroll et Julyen Hamilton en composition instantanée.
Nadia Vadori-Gauthier l'engage dans son laboratoire de recherches et groupe de performance Le Corps collectif en 2009, où elle complète sa formation et participe à la création et à l'interprétation de toutes les pièces et performances (La Meute, Les Partitions ouvertes, Réel Machine, Le Crépuscule des Baby Dolls, That's All Right Mama). De janvier 2017 à janvier 2020, elle est la collaboratrice artistique de Nadia Vadori-Gauthier sur son projet de résistance poétique Une minute de danse par jour. Elle chorégraphie la pièce des Filles de Simone Les Secrets d'un gainage efficace (Rond-Point, 2019, en tournée) pour lesquelles elle est également comédienne en alternance sur la tournée du spectacle. Elle également danseuse dans la création de Mathieu Touzé et Yuming Hey Une absence de silence (Ménagerie de Verre, Étrange Cargo, mars 2021). En tant que comédienne, elle assiste Arthur Deschamps à la mise en scène de son dernier spectacle, Les Passants (Scène nationale du Mans-Les Quinconces, 2018), joue dans Le Bureau des Légendes (saison 3 et 4), dans plusieurs courts-métrages, ainsi que dans le long métrage de Nine AnticoPlaylist (2021). Elle travaille auprès de Margaux Amoros en tant qu'interprète pour sa création À CRU (2022)

Yohan Vallée
Yohan Vallée

Yohan Vallée se forme au conservatoire d’art dramatique Erik Satie à Paris auprès de Daniel Berlioux (théâtre) et Nadia Vadori-Gauthier (danse)
En 2010, il crée sa première forme chorégraphique, point départ de créations artistiques mêlant danse, théâtre et performance. Naîtront par la suite deux formes courtes présentées au Festival Auteurs de Troubles à Lyon.
À partir de 2011 il poursuit sa formation aux Ballets C de la B en participant aux workshops organisé par les interprètes de la compagnie à Gand (Belgique). La même année il fonde sa compagnie : le Collectif Appel d’Air
En 2014, il part vivre à Bruxelles où il collabore avec le Collectif If Human et Gaia Saitta aux Halles de Schaerbeek.
En2017, il crée son solo Un certain printemps entre Paris et Bruxelles. Résident au Point Éphémère (Paris) et au Garage29 (Bruxelles) pour cette création la pièce sera jouée dans ces deux lieux.
La même année il est assistant chorégraphique pour le solo de Nadia Vadori- Gauthier, Mille et un jours joué à l’Atelier de Paris/CDCN.
En 2018, il rejoint la création de Lisi Estaras et Ido Batash (MonkeyMind/ Ballets C de la B), The Jewish Connection Project jouée au MASH Festival (Jérusalem), Julidans Festival (Amsterdam), CAMPO (Gand), ImPulsTanz (Vienne), Dampfzentrale (Bern) ...
Fin 2019, il collabore à la création de Topia // A Predicament du chorégraphe Simon Fleury pour le festival Show-Off à la TanzHaus de Zürich.
En parallèle de la création de Mon vrai métier, c’est la nuit qu’il co- chorégraphie et danse avec Jeanne Alechinsky, il travaille à la re-création de son solo Un certain printemps prévue pour l’automne 2021.
Depuis 2017, il s’engage dans des actions culturelles auprès de lycéens en région parisienne, et est invité par le Musée de la Danse en partenariat avec l’Hôpital Guillaume Régnier (Rennes) pour un atelier avec des adolescents et leurs soignants du service de pédopsychatrie.

Leïla Ka
Leïla Ka

Issue des danses urbaines, Leïla se penche rapidement vers le métissage des pratiques et développe sa matière par la mixité des genres au delà des conventions et des codes qui les composent.
Après avoir travaillé en tant qu’interprète notamment pour Maguy Marin, ou elle découvre une théâtralité dansée qu'elle retiendra comme forme possible d’enrichissement de sa propre écriture, elle se lance dans la création de sa première pièce « Pode ser ».
Dans ce solo, primé 5 fois à l'international et joué plus de 60 fois depuis sa création en 2018, elle flirte librement avec les danses urbaines, contemporaines et la théâtralité pour tenter d'illustrer la complexité et la difficulté d’être. Thème qu'elle reprend et traite à l'échelle de la communauté dans sa seconde création en duo (janvier 2020), « C’est toi qu’on adore », petite forme de 25 minutes, qu'elle interprète avec Alexandre Fandard. 
Elle est également interprète pour Alexandre Fandard dans sa création "Très loin, à l'horizon" (automne 2020) et Olivier de Sagazan.

Alexandre Fandard
Alexandre Fandard

Alexandre Fandard appréhende la danse comme un peintre et se définit comme un plasticien des arts vivants. Il travaille en tant qu'interprète avec le metteur en scène Brett Bailey pour Exhibit B puis avec le chorégraphe Radhouane El Meddeb pour Heroes, Prélude et l’artiste pluridisciplinaire Olivier de Sagazan pour sa dernière création Ainsi sois moi. Il signe sa première pièce chorégraphique, Quelques-uns le demeurent, en 2017 en résidence au CENTQUATRE-PARIS, avec laquelle il rafle trois prix dont celui de la première édition de FoRTE. Depuis 2019, il est artiste associé au Théâtre de l’Étoile du Nord où il travaille à son second projet, Très loin, à l'horizon, un duo avec la chorégraphe Leïla Ka, co-produit par le CENTQUATRE-PARIS.

Partager